Menu
Fourrages & pâturage

Pourquoi les tiques sont-elles dangereuses pour mes vaches ?

par Dr Stéphane FLOC’H

Partager cet article

Les tiques sont des parasites externes qui sont capables de transmettre certaines maladies à vos vaches, voire plusieurs à la fois. Les tiques ont besoin de se nourrir du sang de leur hôte pour assurer le déroulement de leur cycle de vie : c’est donc lorsqu’elles piquent vos bovins qu’elles peuvent leur transmettre. Heureusement, toutes les tiques ne sont pas porteuses de maladies.

Où habitent les tiques ? A quel moment se développent-elles ?

Plus de 40 espèces de tiques sévissent dans nos campagnes, en lien avec la diversité de nos milieux naturels, dont : Ixodes (la plus représentée en forêt), Dermacentor et Ripicephalus. Elles ont besoin d’un couvert végétal, c’est pourquoi certaines parcelles sont à risque : boisées, talus, friches

Les tiques ont leurs périodes d’activité le plus souvent au printemps et à l’automne. Elles préfèrent donc les journées douces et humides, craignent par contre le froid et sont très sensibles aux chaleurs estivales.

Les bovins ne sont bien entendu pas les seuls hôtes, de nombreuses espèces d’animaux y compris l’homme peuvent être infestées et piquées. Le rôle de la faune sauvage est cependant assez controversé dans la transmission des maladies décrites ici.

Les tiques, vectrices de plusieurs maladies

Les principales maladies vectorielles transmises par les tiques sont :

  • L’ehrlichiose (ou fièvre estivale) qui provoque la destruction des globules blancs et le gonflement des pâturons dans 1 cas sur 10. Elle provoque aussi des symptômes respiratoires.
  • La babésiose (ou piroplasmose) qui provoque la destruction des globules rouges, ce qui colore les urines donnant un signe caractéristique : « le pissement de sang ». L’animal s’anémie plus ou moins rapidement, ceci pouvant aller jusqu’à sa mort.
  • L’anaplasmose (ou piroplasmose blanche) qui provoque aussi la destruction des globules rouges, mais elle est d’incubation plus longue et en général d’évolution plus lente que la précédente.
  • La maladiede Lyme (ou borréliose) qui peut provoquer des boiteries par inflammation des articulations (arthrite) quand elle devient chronique.
  • Un ensemble d’autres maladies : la bartonellose, la thellériose et dans une moindre mesure la fièvre Q.

Comment diagnostiquer la présence de maladies transmise par les tiques ?

L’expression clinique de ces maladies réside le plus souvent dans une importante chute de production de lait suite à une hyperthermie, ou un avortement selon le stade de gestation.

Le diagnostic de certitude pour les maladies qui provoquent des avortements se fera par PCR sur écouvillon vaginal et une ou des sérologies, ce qui implique d’intervenir rapidement après l’avortement. Pour les autres maladies, les symptômes caractéristiques, s’ils sont connus, permettront de vous alerter.

Être vigilant dans les zones connues à risque

Comme souvent le développement de ces maladies est provoqué par une rupture de l’équilibre hôte/parasite/agent pathogène/milieu, et on peut donc se poser la question de l’extension de ce type de maladie à la suite d’un déséquilibre à grande échelle comme le réchauffement climatique, favorable au développement des tiques dans des régions où elles étaient peu présentes il y a quelques décennies.

 

Les zones à tiques sont en général bien connues et doivent être prises en compte dans la gestion du risque d’infestation de vos vaches, et donc d’accroitre sa vigilance aux périodes favorables. Il faut donc consacrer un peu de temps à l’observation attentive des pattes et des parties basses de vos animaux pâturant près de bois ou de friches, en mai et en septembre, quand les tiques sont les plus actives !

Contacter l'auteur

Des questions ?
Nos experts vous répondent !