Menu
Veaux & Génisses

#1 Colostrum pour les veaux : croyances populaires ou vérités scientifiques ?

par Dr Joannick DORSO

Partager cet article

Dans les élevages bovins, tous les intervenants (éleveur, vétérinaire, conseiller d’élevage) sont d’accord sur la nécessité de faire boire le colostrum aux veaux nouveau-nés : protection immunitaire durant les premiers jours de vie, apport énergétique propice au démarrage du veau, apport de nutriments essentiels, facteurs de croissance et hormones nécessaires au développement du nouveau-né.

Par contre, chaque éleveur pratique différemment : certains sondent les veaux alors que d’autres les laissent téter ; certains font boire le colostrum très tôt et d’autres laissent faire mère nature. Bien souvent ces pratiques restent empiriques et tant que les veaux ne présentent pas de problèmes de santé on continue de pratiquer « comme avant ». Et même quand les veaux ont la diarrhée on cherche d’abord comment les soigner, quel produit utiliser, avec quoi nettoyer le logement…et on oublie que le colostrum est le premier médicament du veau. En plus il est gratuit car fabriqué par les vaches elles-mêmes !

Quand les veaux ont la diarrhée, on cherche d’abord comment les soigner, quel produit utiliser, avec quoi nettoyer le logement…et on oublie que le colostrum est le premier médicament du veau

Lorsque les veaux présentent une diarrhée, il est évidemment indispensable d’effectuer des analyses pour identifier précisément la ou les causes de cette affection, mais il est tout aussi essentiel de vérifier urgemment la qualité du colostrum, de formaliser son protocole de distribution, de contrôler son mode de conservation et le cas échéant de travailler l’alimentation de la vache tarie, à l’origine de l’élaboration du colostrum.

Dans un premier temps nous allons nous intéresser aux différents outils nécessaires à la mesure objective du colostrum. Pourquoi mesurer ? Parce que la couleur ou l’aspect seul ne suffisent pas à qualifier la qualité d’un colostrum : un outil de mesure est indispensable pour vérifier la quantité d’immunoglobulines présente. Pèse-colostrum, colostro balls ou réfractomètre sont autant d’outils différents qui vont nous permettre de vérifier la présence des 50g d’immunoglobuline par litre de colostrum nécessaires à obtenir une bonne protection des veaux. Comment les utiliser et quand mesurer le colostrum sont des questions auxquelles nous répondrons dans un article spécifiquement dédié à ces outils de mesure.

Pourquoi mesurer ? Parce que la couleur ou l’aspect seul ne suffisent pas à qualifier la qualité d’un colostrum : un outil de mesure est indispensable pour vérifier la quantité d’immunoglobulines présentes

Ensuite il est important de détailler précisément le protocole de distribution du colostrum : un colostrum peut être d’excellente qualité mais s’il est donné aux veaux trop tardivement ou s’il est souillé le remède peut être pire que le mal ! De même on peut débattre de l’intérêt du sondage par rapport à laisser téter mais dans certains cas particuliers comme le portage de Paratuberculose ou une épidémie de Cryptosporidiose il est fortement conseillé de séparer le veau au plus tôt si c’est possible, voire d’utiliser le colostrum d’une autre vache. Ce sera le sujet d’un autre article.

Un colostrum peut être d’excellente qualité mais s’il est donné aux veaux trop tardivement ou s’il est souillé le remède peut être pire que le mal !

Il faut aussi être attentif au fait que les immunoglobulines sont des protéines fragiles ce qui va conditionner le mode de conservation du colostrum pour ceux qui souhaitent faire une banque de colostrum. Attention aux décongélations trop brutales par exemple ! Combien de temps se conserve un colostrum au réfrigérateur ? Au congélateur? Les solutions disponibles pour conserver le colostrum dans de bonnes conditions seront abordées dans un troisième article.

Les immunoglobulines sont des protéines fragiles ce qui va conditionner le mode de conservation du colostrum

Enfin il est très important de travailler la conduite de la vache tarie : conduite alimentaire, gestion parasitaire, bon fonctionnement du foie sont autant de facteurs importants à gérer pour garantir la qualité des colostrums. Ce focus sur la nutrition de la vache tarie et la préparation au vêlage sera le sujet d’un quatrième article, indispensable pour boucler ce cycle « colostral ».

Il est très important de travailler la conduite de la vache tarie

 

A l’aide de ces articles je vous invite à effectuer un autodiagnostic dans votre élevage :

=> Episode 2 : le colostrum de mes vaches est-il de bonne qualité ? 

=> Episode 3 : mon colostrum est-il distribué correctement ?

=> Episode 4 : Quel colostrum faut-il conserver ? 

=> Episode 5 : Savez-vous conserver votre colostrum ?

 

Vous n’aurez plus d’excuses si on vous demande comment est le colostrum de vos vaches !

Contacter l'auteur

Des questions ?
Nos experts vous répondent !